25 septembre 2023 1 25 /09 /septembre /2023 20:18
Léwoz, prononcer les roses

Il m'est arrivé un truc incroyable dimanche dernier.

Enfin non, ça ne m'est pas arrivé, je l'ai fait.

 

J'ai toujours beaucoup aimé les Léwoz. Le son des gwoka ennivrant, le dialogue dansé avec le marqueur, la sensualité disons assez terrible qui s'en dégage.

 

Depuis le début de l'année, je prends des cours de danse Gwoka. Déjà un gros défi pour moi. Mais de là à danser en vrai devant l'assemblée, vous n'y pensez pas !

Léwoz, prononcer les roses

Mais quand même, un ami me donne rendez-vous à un petit Léwoz bien roots, à la savane Blachon, tout au bord du lagon et sa mangrove. Il y joue d'un drôle d'instrument, en râpant à toute force sur une grande tige de bambou cannelée. 

 

Je trouve l'endroit par miracle, hésite à rester (quelques boug sont là à jouer et boire du rhum, dans une case ouverte à tous les vents). D'ailleurs il n'y a pas du tout de vent, et c'est l'heure des moustiques et yen-yen. Je suis donc assez rapidement boucanée par le petit feu destiné à éloigner les insectes. J'accepte un jus de fruits et l'espace se remplit peu à peu. Une fille esquisse une danse. Et tout s'accélère. Une après l'autre, des femmes dansent magnifiquement, chacune dans leur style. Des hommes aussi.

 

Mon ami m'intime d'aller danser. Ça va pas la tête ? J'avais quand même mis ma grande robe ample et mon caleçon (pour éviter de dévoiler trop de choses en tournoyant).

Léwoz, prononcer les roses

Bon au final je me suis jetée à l'eau (trois fois !), en déboulant dans l'arène pleine d'énergie. Je n'ai pas cherché à être technique, j'avais de toutes façons oublié les pas. Juste là à communi(qu)er avec le marqueur, c'est à dire le joueur de tambour du milieu, qui règle sa musique sur les pas de danse.

 

Hé bien ils ne m'ont pas mangée, et m'ont remerciée de leur avoir rendu visite. Que j'aime ce pays.

 

commentaires